Bourses étudiantes : très largement revues à la hausse à la rentrée ! Calculez combien vous gagnerez en plus !

Comme chaque année, de nombreux étudiants s’apprêtent à faire leur rentrée dans l’enseignement supérieur. À cette occasion, certains vont même bénéficier d’une bourse, qui va d’ailleurs augmenter pour l’année 2020-2021.

Bourses étudiantes
Source : Dossier Familial

Toute augmentation est bonne à prendre, surtout lorsqu’on est étudiant et que l’on rencontre de nombreux frais pour poursuivre ses études.

La rentrée à venir s’annonce donc sous de meilleurs auspices pour les étudiants français, puisque le CROUS a pris compte de leurs nombreuses difficultés.

À ce titre, la bourse étudiante va donc augmenter dès l’année 2020-2021.

Bourses étudiantes
Source : Next PLZ

Une augmentation significative pour la bourse étudiante

Contrairement aux idées reçues, les étudiants boursiers sont très nombreux, puisqu’ils représentent environ 40 % du chiffre total. Cela signifie donc que de nombreuses familles ont du mal à financer les études de leurs enfants, faisant de la bourse sur critères sociaux un élément important de la réussite scolaire.

Tous ces foyers peuvent donc se réjouir de la hausse annoncée par les services du CROUS, puisque la bourse va voir son montant augmenté de 1,2 % par rapport à l’année dernière.

Cette augmentation va concerner tous les étudiants bénéficiaires, sans aucune exception et peu importe l’échelon. Cependant, les conditions d’attribution restent quant à elles inchangées.

La crise du coronavirus derrière cette hausse de la bourse

L’année académique 2019-2020 n’a pas été de tout repos pour les étudiants et leur famille, notamment à cause du coronavirus, qui a quelque peu bousculé le programme scolaire.

Selon certains échos, c’est d’ailleurs à cause de cette pandémie que le gouvernement français et le ministère de l’Enseignement supérieur ont pris la décision d’augmenter le montant des bourses. Face à l’incertitude qui pèse sur les prochains mois, cette hausse mensuelle va permettre aux familles de mieux pouvoir gérer les dépenses imprévues et autres charges mensuelles.

D’ailleurs, la municipalité de Paris a fait également une annonce en ce sens, en proposant la gratuité des transports en commun pour tous les étudiants de moins de 18 ans. Une aubaine pour ces derniers, puisque le budget consacré à cette question est particulièrement important dans la capitale française.

En fonction de l’échelon concerné, cette augmentation se caractérise par une hausse de 12 à 67 euros de la bourse mensuelle reçue.

Les conditions d’attribution et montants de la bourse étudiante

Bien que les montants des bourses changent par rapport à l’année dernière, les conditions d’attribution et les différents échelons restent quant à eux maintenus en l’état.

Bourses étudiantes
Source : Actu Maroc

Dans le journal officiel du jeudi 30 juillet, les montants et barèmes éligibles ont été publiés par le gouvernement. Ces derniers s’organiseront donc comme ceci :

  • échelon 0 bis : 1 032 euros sur 10 mois, ou 1 238 euros pour les étudiants ayant droit au maintien de la bourse durant l’été ;
  • échelon 1 : 1 707 euros sur 10 mois, ou 2 048 euros pour les étudiants ayant droit au maintien de la bourse durant l’été ;
  • échelon 2 : 2 571 euros sur 10 mois, ou 3 085 euros pour les étudiants ayant droit au maintien de la bourse durant l’été ;
  • échelon 3 : 3 292 euros sur 10 mois, ou 3 950 euros pour les étudiants ayant droit au maintien de la bourse durant l’été ;
  • échelon 4 : 4 015 euros sur 10 mois, ou 4 818 euros pour les étudiants ayant droit au maintien de la bourse durant l’été ;
  • échelon 5 : 4 610 euros sur 10 mois, ou 5 532 euros pour les étudiants ayant droit au maintien de la bourse durant l’été ;
  • échelon 6 : 4 889 euros sur 10 mois, ou 5 867 euros pour les étudiants ayant droit au maintien de la bourse durant l’été ;
  • échelon 7 : 5 679 euros sur 10 mois, ou 6 815 euros pour les étudiants ayant droit au maintien de la bourse durant l’été.

Attention cependant, puisque l’attribution de la bourse d’enseignement supérieur est soumise à l’inscription dans une formation initiale, ce qui exclut automatiquement les contrats d’apprentissage ou de professionnalisation.